Le mot de Madame DAVAINE Directrice de l'Ensemble St Jacques

Le mot de Madame DAVAINE

Chers anciens,

J’aurais pu cette année encore vous parler des résultats aux examens (une fois de plus très honorables), des travaux d’amélioration effectués ces derniers mois mais je préfère vous parler de vous ou plutôt de certains d’entre vous !

C’est souvent la même histoire. Elle se déroule au printemps ou à l’automne et commence ainsi : Quelqu’un sonne à la porte de l’établissement, généralement c’est un monsieur d’un certain âge accompagné par son épouse qui demande s’il peut entrer. Il a au fond des yeux cette petite lueur qui nous dit qu’il a été élève à St Jacques quand il avait 12 - 13 ans et qu’il a très envie de faire un petit tour dans son passé, de montrer à son épouse ce dont elle a déjà entendu parler mille fois…

Même si l’établissement a changé, il reconnait les lieux et immanquablement les souvenirs et les anecdotes jaillissent ; ah les cours de latin avec le père untel, les activités et compétitions sportives, le réfectoire « ça a bien changé, vous savez avant on était servi à table par des camarades » (je sais c’était encore le cas quand je suis arrivée à St Jacques) et les grands dortoirs…la cloche que l’on tirait en douce le jour des vacances (c’est toujours d’actualité !). « Sur le coup ce n’était pas toujours facile à vivre, j’étais loin de ma famille mais mon passage à St Jacques m’a permis de devenir l’homme que je suis… ». Il y a toujours beaucoup d’émotion lors de ces visites.

Ces rencontres sont pour moi des moments très précieux. Si je suis disponible, j’accompagne avec grand plaisir ces anciens. Nous prenons le temps de faire le tour des bâtiments, de regarder des photos, de parler du passé mais aussi du présent. Je les invite à prendre contact avec l’association des anciens et à venir à nos portes ouvertes pour peut-être retrouver certains camarades.

J’espère que dans 30 ou 40 ans des anciens et des anciennes auront aussi envie de passer dans l’établissement cela voudrait dire que l’esprit St Jacques est bien vivant !

Bien à vous,

Célia Davaine

rapport moral et financier 2016 de l'amicale A.G.2017

Ensemble St Jacques

Amicale Ensemble Saint Jacques

6, rue du faubourg Saint Jacques

89300 JOIGNY

Tél. 03 86 625 725

Site Internet de l’Amicale

 www.123siteweb.fr/amicaleanciensstjacques

E Mail : amicale.stjacques@gmail.com  

Association   AMICALE SAINT-JACQUES -–SAINTE-THERESE.
No de parution   19990052
Département (Région)   Yonne (Bourgogne)

Lieu parution   Déclaration à la préfecture de l'’onne.
Type d'’nnonce   ASSOCIATION/MODIFICATION


Déclaration à la préfecture de l’Yonne. Ancien titre   AMICALE SAINT-JACQUES. Nouveau titre

AMICALE SAINT-JACQUES -–SAINTE-THERESE. Nouvel objet   entretenir parmi les anciens élèves

et professeurs du groupe scolaire privé Saint-Jacques -–Sainte-Thérése des liens d’amitié et de solidarité.

Siège social   collège privé Saint-Jacques, 6, rue du faubourg Saint-Jacques, 89300 Joigny.

Mél.   http: /perso.infonie fr. St Jacques Joffre/index htm. Date de la déclaration               30 novembre 1999.

********************************************************************************************************* 

COMPOSITION du BUREAU 2017

                                               ÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷

 

Président d’honneur :               

 

Présidente :                                Simone CHARBONNIER

 

Vice Président :                           Jacques BEAUJARD

 

Secrétaire :                               

 

Trésorier :                                   Fabrice CHARLOT        

 

Conseillers :                                Jean DERUETTE

*****************************************************************************************************************************

 

 Amicale Ensemble Saint Jacque

 6, rue du Faubourg Saint Jacques

         89 300    JOIGNY

Contact : amicalesaintjacques89@gmail.com                   ( 03 86 625 725 )

Site Amicale : www.123siteweb.fr/amicaleanciensstjacques

                                                                                                                                                                                                               Joigny, le 1er février 2017

 

Objet : Rapport financier du trésorier de l’Amicale des Anciens élèves de St Jacques/ Ste Thérèse de l’Ensemble St jacques de Joigny (89)  pour l’année 2016  

 

En qualité de Trésorier de l’Amicale des Anciens élèves de l’Ensemble St jacques de Joigny, j’ai le devoir de rédiger et de vous présenter le rapport financier annuel de l’Amicale pour l’année 2016.

  • Afin de pouvoir justifier de toutes les dépenses, je dois aussi conserver toutes les factures et les notes de frais, sur lesquelles il aura été noté le n° du chèque et la date de règlement.
  • Recettes 

83 est le nombre d’adhérents pour l’année 2016.

Il est rappelé que la principale ressource de notre association reste le montant des cotisations annuelles, qui représentent cette année une somme totale de 1 921€ 00 cts

A ces sommes, vient s'’jouter la subvention annuelle octroyée par la municipalité à chaque association, subvention s’élevant à la somme de 500 € cette année avec une augmentation de la mairie de Joigny de 300€

Nous arrivons en conséquence à un total de recettes, pour cette année, de  2 421,00€

  • Dépenses 

Comme chaque année, la dépense principale pour 2013 reste les dons.

Ces dons aux élèves pour les sorties et activités éducatives et pédagogiques qui représente un coût cette année de  1224 €.                                                         

Par ailleurs, les frais de fonctionnement de bureau (timbres, papier, photocopies) s’élèvent à 45215cts. Diverses dépenses pour un montant de 14 € 40cts.

Le total des dépenses effectuées cette année pour les activités de notre association s’élève à la somme de 2557,16€

______ 

Le total des recettes et des dépenses laisse apparaître un solde débiteur de notre trésorerie d'un montant de - 13616 cts

Il vous est proposé de reporter ce résultat négatif d’un montant de - 13616cts sur les dépenses 2017 de l'amicale.

Comme chaque année, notre situation de trésorerie reste satisfaisante puisqu’elle nous permet de faire face aux dépenses annuelles nécessitées par l'activité de notre amicale. 

 

 Ce rapport financier a été mis aux votes lors de l’A.G. du  samedi 25 mars 2017, est a été  approuvé à l’unanimité. Quitus a été donné au trésorier pour sa gestion

 

Fait à Joigny (89) 

Le 1er février 2017

 

 Site Amicale   www.123siteweb.fr/amicaleanciensstjacques                                       Contact   amicalesaintjacques89@gmail.com

*******************************************************************************************************************

Amicale des Anciens élèves de l’Ensemble  Saint Jacques                                                                                                                                                                       (Saint Jacques - Sainte  Thérèse et Saint Loup)

Joigny (89 Yonne)

Site de l’Amicale : amicaleanciensstjacques. E mail : amicalesaintjacques89@gmail.com

BULLETIN D’ADHESION

NOM  (suivi du nom d’épouse pour les femmes mariées) et Prénom :

__________________________________________________________________________________Adresse  _____________________________________________________________________________

Code Postal  ________________                         Ville  ____________________________________________

Tél  ___________________________              Email  ___________________________________________

Activité professionnelle  ________________________________________________________________

Souhaite adhérer à l’Amicale des anciens  de Saint Jacques – Sainte Thérèse

Années effectuées à Saint Jacques  ________________________________________________________

Années effectuées à Sainte-Thérése  _______________________________________________________

Cotisation annuelle pour 2017   Durée de l’adhésion : du 1er décembre au 31 janvier de chaque année.

La cotisation  s’élève à   

                    Et à  5 euros   pour les jeunes anciens sortis de l’établissement à partir de 2006

Je verse donc la somme de _____€ par chèque libellé à l’ordre de l’Amicale St Jacques – Ste Thérèse 

 
   

 

 

Adresse :

 

Traitement informatisé des données* (Ne cocher qu’une des deux cases)

                     OUI, j’accepte que les données précédentes soient rentrées dans un fichier informatique.                                        (Dont l’utilisation sera strictement interne à l’Amicale)

                     NON, je ne désire pas que mes données personnelles soient rentrées dans un fichier.                                                    (Le traitement se fera alors manuellement, sur papier)

Si vous avez dans vos relations un ancien élève du groupe scolaire, proposez-lui de nous rejoind

Fait à ______________________________                  le __________________

Signature :

  • En application de la Loi n°78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés
    Conformément à l'article 34 de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès aux informations vous concernant. Vous pouvez également modifier ou supprimer ces informations. Il vous suffit de nous contacter à l'adresse suivante :

- par courriel à amicalesaintjacques89@gmail.com

- ou par courrier signé de sa main adressé à la Présidente de l’Amicale   6, rue du Faubourg Saint Jacques 89 300    JOIGNY

 

 **************************************************************************************

Portrait de quelques Anciens : Abel Moreau, Mgr Fourrey, Jean Chamant.

            Abel Moreau (1893 - 1977)  fut un fidèle de la réunion de l’Amicale, agrégé de lettres il fut sollicité dès 1932 pour prononcer le toast et saluer Mgr Feltin qui venait d’être transféré de Troyes. Elève des débuts de Saint-Jacques, mobilisé et blessé (Plusieurs citations), il fut un ancien combattant actif.

                               Monseigneur,

                               Monsieur le Supérieur,

                               Messieurs,

                La dernière fois qu’on m’a vu debout dans ce grand réfectoire, dominant d’une taille assurée les tables de marbre, j’étais, je l’avoue, devant la chaire, pour avoir défendu contre le cher Père Bernot, les droits de l’Académie Française....J’étais moins ému qu’aujourd’hui, trouvant alors, quelque fierté à souffrir pour la grammaire.....

                Monseigneur, c’est vous que je veux saluer tout d’abord au nom des premiers élèves de Saint-Jacques. Votre jeunesse, votre activité, votre sourire, et vos magnifiques vertus de guerre ont fait naître dans ce diocèse une immense espérance ; de beaux jours se lèvent à l’horizon. Permette-moi de vous en féliciter et de vous remercier : ce n’est pas un des moindres bienfaits de la guerre qu’elle permette aujourd’hui à un ancien combattant, parlant au nom de ceux d’ici qui sont morts ou qui vivent, de vous dire aves une respectueuse et déférente amitié, mon camarade.

                (Abel Moreau évoque successivement le général Demetz, le chanoine Méry et M.Delinotte  et le Père Bernot fondateurs de Saint-Jacques)

                 Des morts ! A quoi bon les évoquer, ceux surtout qui, au sortir de l’Ecole, partirent pour jouer un jeu où ils devaient mourir ? Leurs noms sont gravés dans la chapelle.  Ne sont-ils pas ici en ce moment, près de ceux qu’ils aimèrent, dans cette maison pour laquelle un peu, ils sont morts. Elle était dans leur souvenir un des morceaux les plus aimés de la patrie, ils l’ont défendue au cimetière de Chambry, n’est-ce pas ? Payen : ils l’ont défendue à Montdidier, n’est-ce pas ? Mon noble ami, Justin Massé.....Mais je suis revenu seul de la guerre.....

Car nous avons eu un curieux destin, nous autres. M.Combes, qui connaissait bien les séminaires, et M.Briand qui n’était pas encore béatifié, nous ont chassés d’ici le 11 décembre 1906, parce que nous étions, paraît-il, un danger pour la République. Et quelques années après, la France nous envoyait à la frontière. Messieurs, les vingt cinq fondateurs de Saint-Jacques ont bien payé ce qu’ils devaient à la patrie. Huit sont morts. Ce n’est pas inutilement que notre enfance a été marquée par l’injustice et notre jeunesse par la victoire. Pour nous, tout Saint-Jacques tient entre ces deux rôles-là.

......mes chers amis, vous ne retrouverez pas ailleurs ce que vous perdez en quittant Saint-Jacques : cette lumière dans l’âme, cette joie dans le cœur, cette amitié que même les choses semblent vous donner. J’ai eu longtemps la nostalgie de ces murs et vous êtes témoins que les années qui suivirent mon départ, m’ont souvent vu revenir.

Aurez-vous cette fidélité ? Je le souhaite et je l’espère. Ses heures douloureuses peuvent renaître. En une génération, nous avons fait deux fois la guerre, et victorieusement. Nous avons vaincu M.Combes, en ouvrant Saint-Jacques, nous avons vaincu les Allemands. Il vous faudra, peut-être, vous aussi, lutter un jour à l’intérieur ou aux frontières ; si vous êtes forts, l’ennemi ne vous attaquera pas. Mais s’il vous attaque, ayez la volonté de vaincre et restez dignes de Saint-Jacques, vous vaincrez. »

Trente ans plus tard, un nouveau discours se fait encore plus chaleureux.

                « Il est bien difficile de témoigner sa reconnaissance à une école à laquelle on doit tout. Il est plus facile de se souvenir, Saint-Jacques ! Quand j’entends ces deux mots, ces deux syllabes, dont l’une est comme ouatée de brume et l’autre sonore comme une enclume, c’est la cloche de l’Ecole que j’entends, la cloche à la voix aérienne, à la voix claire, à la voix d’ange. Elle rythme nos journées, elle commande à nos travaux, impérieuse et amicale. Dès qu’elle bondit dans le ciel, les cris s’apaisent, les portes s’ouvrent, les rangs se forment, les cœurs et les âmes se recueillent, le silence plane sur la vieille et chère maison.

                Saint-Jacques est d’abord une amitié. Tout y est nôtre, les murs qui nous protègent, les classes vétustes où de vieux pianos sont surchargés de livres, les études où papillotent les becs d’acétylène, les cours où de jeunes professeurs ne craignent pas de partager nos jeux, les hauts marronniers pleins de mystère, la chapelle dont les murs peints chantent la gloire de la Vierge et la Vierge elle-même, la Vierge de pierre qui règne entre les deux cours.

                Une amitié : on n’entre pas à Saint-Jacques comme ailleurs. Il faut qu’ici le cœur soit pris  d’abord. La rue Monte-à-regret franchie, on pénètre dans un domaine très particulier où ne nous accueillent que des visages amis, des visages qui vous suivront tout au long de notre vie, qui s’éclaireront de vos succès et de vos victoires, qui pâliront de vos défaites ou de vos erreurs. Amitié des élèves, amitié des maîtres, amitié des choses mêmes.........

                Enfantillages ? Il n’y a pas d’enfantillage pour l’enfance qui est sérieuse. Il n’y a d’enfantillage que pour les hommes. Comme nous avons été heureux ! Est-ce quevos êtes aussi heureux, mes jeunes camarades de Saint-Jacques ? Nous étions heureux du soleil et de la pluie, de la neige et du froid qui produisait de longues patinoires ; nous étions heureux d’une belle narration à faire et d’une messe en grégorien et en polyphonie, tout semblait créé pour nous, tout nous remplissait le cœur et l’âme, tout nous élevait, tout nous soulevait.

                Des études ? Bien sûr nous faisions du latin et du grec et même des mathématiques, où quelques uns voyaient des résultats surprenants. Mais les études étaient dans notre vie, elles n’étaient pas toute notre vie, nous avions tant d’autres choses à faire, que vous ne faites plus, mes jeunes camarades. Que de vers, mon vieil ami Martin avons-nous échangés dans la grande étude ! Et comme tu t’appliquais à écrire ton roman, mon cher Justin Massé, ombre amie, chasseur à pied de la Grande Guerre qui as toujours vingt ans dans notre souvenir....

                Et c’est tout cela qui nous a accompagnés sur les routes de la vie, nous aimions, tout ce que nous permettait Saint-Jacques et grâce à qui nous sommes ce que nous sommes devenus, ce que nous sommes. Aussi, quelle émotion quand après<avoir joué le grand jeu de la guerre ou au retour de longs voyages, nous revenions à Saint-Jacques dire bonjour aux pierres de notre enfance saluer les maîtres qui nous souriaient. ! Un moment Saint-Jacques redevenait nôtre ? Que dis-je ? Nous nous apercevions que Saint-Jacques n’avait pas changé, qu’il était toujours nôtre et qu’il le resterait à jamais, ayant modelé nos âmes à son image, étant entré dans nos jeunes vies pour les diriger, les hausser, en faire des vies utiles et exemplaires.

                Appréciez-vous comme il se doit, mes jeunes camarades, la chance que vous avais - j’allais dire la grâce de vivre à Saint-Jacques, d’être les continuateurs d’une belle histoire ? Sans doute, ne portez-vous plus les boutons dorés et  la casquette aux initiales A.M  .entremêlés et couronnés d’étoiles. Il suffit que votre cœur continu à battre du rythme dont battait le nôtre quand nous avions notre âge et que votre âme reste digne des nobles passions qui font les hommes grands. Je vous souhaite, pour Saint Jacques et pour vous, pour votre bonheur, pour notre joie, pour l’honneur des prêtres qui vous ont été donnés et pour l’Eglise qui a. besoin de vous

            Abel Moreau était  né à Seignelay en 1893, il y est mort en 1977. Il entra au Petit Séminaire de Joigny en octobre 1904. Il fut témoins de l’ouverture de l’Ecole Saint-Jacques. Après la guerre, dans un régiment d’artillerie (deux citations), il devint professeur de lettres au Prytanée d’Autun (1922), il exerça au Collège d’Auxerre, présenta sa thèse sur René Bazin en 1932. En 1945, il fut nommé à Paris, au Lycée Michelet, puis au Lycée Montaigne. A sa retraite, il fut conseiller pédagogique du Collège de Pontigny ouvert par les Pères de Saint-Edme.

            Abel Moreau fut un auteur prolixe : de nombreux romans, des récits de voyage, des monographies d’art, des biographies, des essais, d’innombrables articles(en particulier dans la Liberté de l’Yonne.

            Il reçut de nombreux prix :

                        - Prix de Rome de littérature ;

                        - Prix de l’Académie Française ;

                        - Grand Prix de littérature régionaliste ;

            Officier de la Légion d’Honneur à titre littéraire pour l’ensemble de son œuvre.

            Vice-président national des Ecrivains catholiques.

            Vice- président de la Société des Gens de Lettres et des anciens combattants.

            Membre du jury du Prix Renaudot, du prix Poincaré, du Prix du Morvan.

Mgr Fourrey 1901 - 1982

                Mgr René Fourrey est né à Brienon. Elève du Petit Séminaire de Joigny et du Grand Séminaire de Sens puis de l’Institut Catholique de Paris, ordonné prêtre en 1924, il fut nommé vicaire à la cathédrale d’Auxerre où il rencontra Marie Noël, professeur d’histoire et d’Ecriture Sainte, et enfin supérieur (1947). Mgr Lamy qui avait succédé à Mgr Feltin, en fit son vicaire général.

                Nommé évêque de Belley, le 4 juin 1955 pour succéder à Mgr Maisonobe, sacré à Sens le 9 août 1955 et intronisé en la cathédrale de Belley.

                Il dirigea le Diocèse de Belley durant vingt ans de sa 55° à sa 75° année. Le 12 février 1982, Mgr Fourrey après six ans et demi d’une retraite discrète mais active, s’éteint à Hauteville où il avait été hospitalisé. Il repose dans la cathédrale de Belley.

 

Nous publions la lettre autographe de Jean-PAUL ii à l’occasion du vingt-cinquième » anniversaire de son ordination épiscopale :

                Nous avons appris, vénérable frère, que bientôt poindrait le vingt-cinquième anniversaire de votre ordination épiscopale. Aussi, afin que vous tiriez de pareille célébration une joie religieuse plus abondante, nous tournons avec empressement, vers vous notre pensée et nous vous adressons notre message de félicitations avec le désir que vous soit ainsi manifestée notre estime et que, de la sorte, vous soyez parfaitement assuré de notre Bienveillance’ à votre égard.

            Il nous paraît assurément important qu’à cette occasion vous raviviez en vous la pensée du sacerdoce que vous avez reçu et du temps que vous avez consacré au ministère,

Tout particulièrement depuis que vous avez été choisi pour être mis au nombre des successeurs des apôtres : vous souvenant d’un tel privilège, il vous faut, certes, rendre grâce au Christ. Bon pasteur, parce que « les évêques sont les premiers dispensateurs des mystères de Dieu, en même temps que les régulateurs, les promoteurs et les gardiens de toute la vie liturgique dans l’Eglise qui leur est confiée » (Christus Dominus,15). Nous n’ignorons pas en effet que pendant de nombreuses années, vous avez dépensé vos forces d’âme et de corps dans la charge du labeur pastoral, avec le souci de diriger comme il faut, en vous confiant dans le secours du Christ et dans la grâce, le peuple remis à votre sollicitude. Dans cette perspective, vénérable frère, vous avez coutume de traiter avec bonté le clergé et le peuple, vous donniez grand soin à la bonne marche du diocèse de Belley qui alors était le vôtre, cherchant raisonnablement tout d’abord par la consultation du presbyterium, à rendre les prêtres participants à votre autorité de pasteur. Une fois menée à bonne fin les assises du Concile Vatican II, auquel vous avez participé, vous ne vous êtes pas contenté de faire passer exactement en œuvre, d’accord avec la Conférence épiscopale française, les souhaits et les avis dont vous aviez à tenir compte, mais vous avez cherché à favoriser une pastorale rassemblant prêtres, religieux et laïcs de telle sorte que les uns et les autres unissant leur effort en vie de l’utilité commune.

            Nous avons en outre grandement apprécié le soin avec lequel vous avez longuement et avec ardeur fourni des recherches sur la vie et sur les œuvres de Jean-Marie Vianney, ce saint curé d’autrefois dans le village d’Ars, au diocèse de Belley. A son propos, plusieurs livres et divers écrits composés par vous en son honneur et vraiment dignes d’être livrés au public, tournent à bon droit à votre louange.

            Pour Nous, méditant la sainteté admirable d’un prêtre de si grand mérite dont bientôt reviendra l’anniversaire de la mort. Nous désirons vivement que par piété bous continuiez à proposer ses vertus à l’imitation du clergé et du peuple, dans la pensée que les pasteurs d’âmes et leurs collaborateurs apprennent de lui par quelle prédication, quelle mortification, quelle prière , quelle charité, ils pourront conduire et faire progresser leurs troupeaux, comme aussi dans le vœu que les fidèles, accourant encore de partout au village d’Ars, ne cessent d’honorer avec amour le bienheureux Jean-Marie Vianney et le considérer comme grandement secourable aux pénitents.

            Enfin, pour ce qui concerne votre jubilé. Nous vous félicitons de nouveau cordialement et Nous formons en même temps, pour vous les vœux les meilleurs pour que Dieu daigne vous enrichir, à l’avenir, comme un bon et fidèle serviteur, de ses dons précieux.

            En gage et en signe de quoi. Nous vous accordons d u fond du cœur, vénérable  frère, la bénédiction apostolique. Nous voulons étendre celle-ci tant à vos familiers qu’à l’auguste évêque de Belley, votre successeur, et à tous ceux qui de quelque manière participeront aux solennités jubilaires.

                                                                                              JOHANNES PAULUS P.P. II.

Jean CHAMANT (1913)

             Il faut rappeler que Jean Chamant a intégré Saint-Jacques en 1924 ; il y resta jusqu’en 1931. Il obtint un succès avec la coupe d’éloquence des religieux anciens combattants. Après des études de droit à Paris, il fut avocat auprès de la Cour d’Appel de Paris. .Elu député de l’Yonne à 33 ans. Il y restera pendant trente ans. En 1955, il devint Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères. Il est élu vice-président de l’Assemblée Nationale. En 1967, il devient ministre des transports. Maire d’Avallon, Président du Conseil régional de Bourgogne en 1974. Président du Conseil général de l’Yonne pendant plus de vingt ans. Il couronna son parcours par la Vice-présidence du Sénat. Il avait accepté d’être élu vice-président de notre Amicale et il en était ensuite le Président d’honneur jusqu’à son décès

Assemblée générale et repas de l'amicale 02 avril 2016